À l’air libre - Nicolas Ferran et Samuel Gautier

Pour notre deuxième ciné-débat de l’engagement, le mercredi 28 octobre 2020, nous avons choisi de projeter un documentaire : À l’air libre de Nicolas Ferran et Samuel Gautier.

Ce sont 120 lauréat.e.s qui ont visionné le film sur la plateforme de la 25ème heure.        
Un film sur la sortie de prison, mais peut être et surtout sur la prison que l’on ne voit pas mais qui est omniprésente. Une prison dont on ne cesse de mesurer les traces et dont il paraît si difficile de se libérer, après y être passé…

S’en est suivi une heure d’échanges passionnants avec près de 106 lauréat.e.s qui ont participé au débat en présence des réalisateurs. Beaucoup se sont intéressés au processus de fabrication du film mais aussi à leur relation avec les protagonistes, tout le long du tournage. Un débat riche et particulièrement inspirant pour certains lauréats qui travaillent dans la réinsertion.

Nicolas Ferran On avait envie de donner à voir la ferme, une initiative unique et singulière en France, il faut le dire ! Le tournage était très long. 

Samuel Gautier : Ça a été une totale immersion pour moi qui me suis installé à la ferme et y ait vécu bien avant le tournage. Ça nous a facilité le tournage, j’étais un sorte de guide, de référent et cela a permis aux détenus d’avoir confiance. Quand on créé un cadre bienveillant, c’est plus facile de parler de sa vie… Et ça permet des moments très forts d’émotions. 

Nicolas Ferran : Pendant le tournage, on a établit la règle de fermer la caméra le soir, pour vivre de vrais moments avec eux. 

Rémi, Chaïmat et Mohammed ont tous les trois demandé s’il existait d’autres structures comme celle-ci en France. 

Nicolas Ferran Pas vraiment non. Le film a été vu au ministère de la justice et a provoqué une réelle prise de conscience, d’à quel point cette structure pouvait être une solution. Je sais qu’Emaüs France coordonne la duplication de ce modèle. Il y’en a qui se crée mais c’est difficile, il faut de l’engagement, des gens, il faut convaincre les habitants, les associer… Il faut qu’il y ait une adhésion, ne pas simplement parachuter une structure car ça échouera.

Le débat s’est terminé sur un message très fort de Nicolas Ferran : Notre combat c’est vraiment « comment faire changer le regard de l’opinion publique sur les prisons ? ». Cela ne peut passer que par la rencontre. C’est comme cela que les préjugés tombent. La ferme et toute notre expérience là-bas le prouvent !

Cette projection-débat qui a suivi l’annonce gouvernementale du nouveau confinement a permis à une centaine de jeunes de se connecter, d’échanger, d’exprimer leurs ressentis mais aussi de trouver l’inspiration. Ce documentaire correspondait particulièrement aux préoccupatons du public de l’institut de l’engagement , jeunes engagés de France qui travaillent pour la plupart dans les secteurs de solidarité.

Chaïmat

Merci pour ce moment, j’ai beaucoup appris! Je pense que ce genre de films, de sujets participent à faire tomber les tabous, les préjugés bravo pour cela ! ❤️

Océane

Merci pour ce documentaire, ce partage, de nous permettre d’en apprendre plus sur les choses qui se font pour la réinsertion des prisonniers. 

Malika 

J’ai adoré ce film ! C’est un rêve pour moi de créer une structure d’insertion et votre film me permet de croire en ce rêve, croire que c’est possible de le réaliser, merci !

Kim-ly

Super beau film, plein d’humanité

Muhsine

Merci! c’était très vivant et touchant!

Sarah

Continuez de changer le monde !!!

Mame

Excellent documentaire ! Très riche et démonstration percutante de l’importance de développer des alternatives à la prison.

Prochain ciné-débat

Mardi 1er décembre, nous projetterons Mignonnes, de Maïmouna Doucouré dans le cadre de notre ciné-débat de l'engagement