MAUVAISES HERBES - Kheiron

 

PROJECTION A LYON LE 22 NOVEMBRE 2018

Le 22 Novembre 2018, 200 jeunes de la  région lyonnaise (Lyon, Rilleux, Vénitieux) ont été invités à découvrir Mauvaises Herbes de Kheiron au cinéma Pathé Bellecour, par le partenaire lyonnais de l’association Cinéma pour Tous : Tout va bien.

IMG_3416

 

Durant la séance, le film a suscité de nombreuses réactions : éclats de rires, cris de stupéfactions, applaudissements.

Dès le début du débat qui a suivi la projection,  les jeunes spectateurs ont manifesté leur enthousiasme, qualifiant le film de « bien », de « drôle », de « vrai ».

Ils ont apprécié le fait que le film montre une réalité qu’on ne voit pas toujours au cinéma  : « Ça m’a fait mal au coeur de voir des enfants dans un pays en guerre » témoigne une jeune fille.

Un jeune homme a particulièrement aimé la vision de l’éducation dans le film : « J’ai bien sûr aimé le film. Quand on voit comment cet animateur  aide les jeunes, ça donne beaucoup d’idées. »

Une jeune femme a particulièrement été touchée par l’histoire de Shana, l’un des personnages du film. Son intervention a permis de sensibiliser le jeune public au numéro d’urgence 119, pour tout enfant ayant des problèmes de harcèlement.

La séance a énormément plu au public, touché par le message d’espoir porté par le film de Kheiron.

 

 

PROJECTION À PARIS LE 21 NOVEMBRE 2018 

 

Le mercredi 21 Novembre, 200 jeunes collégiens et lycéens d’Île de France (Clichy, Houilles, Paris, Palaiseau…) sont venus découvrir Mauvaises Herbesde Kheiron, le jour de sa sortie.

Inspiré de son expérience d’éducateur, Kheiron a réalisé une comédie sous forme de fable, mêlant un humour sans complexe à une grande sensibilité.

Après la projection, les mots ont fusé  : « éducatif, énergique, féérique, insolant, optimiste, osé, palpitant, rigolo, tendre, touchant, trop bien, » parfois « dramatique, violent… »

Une phrase du film prononcée par Victor (André Dussolier)  a beaucoup touché les jeunes spectateurs : « Un enfant qui pose des problèmes est un enfant qui a des problèmes »

Les nombreuses prises de paroles prônaient une éducation plus à l’écoute, favorisant la transmission et respectant les particularités de chacun.

L’esprit de cette après midi était à l’image de la philosophie du film : « Il n’y a ni mauvaises herbes, ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs. » Victor Hugo.