Christiane – Sociologue de formation, formatrice en alphabétisation/Fle

Christiane – Sociologue de formation, formatrice en alphabétisation/Fle

Je suis originaire du Bénin, j’ai été particulièrement touchée par le film documentaire « Sur le chemin de l’école » pour plusieurs raisons. La première est relative au réalisme du film. Comme l’a justement dit une collégienne dans la salle le jour de la projection du 29 novembre, ce n’est pas de la fiction mais la réalité. De plus, cette réalité est toujours d’une grande actualité. Personnellement, je l’ai vécue en partie dans les années 1980 au Bénin, dans la ville de Cotonou où j’habitais avec mes parents. La deuxième raison est mon vécu personnel. Après mon brevet, je devais poursuivre mes études dans un lycée, situé loin de ma maison. Souhaitant que je fasse de bonnes études, mes parents m’inscrivirent au lycée à une dizaine de kilomètres de la maison. Les cours débutaient à 8 H du matin, aucun retard n'était toléré, je partais tôt, en tout cas avant 7 H.. Je rejoignais l’école à pied. Sous la chaleur, souvent étouffante, il fallait marcher sur des chemins sablonneux et chauds pendant une cinquantaine de minutes. On y allait en groupe pour se motiver. La plupart des parents, même quand ils avaient les moyens de payer le transport, avaient pour habitude de laisser leurs enfants aller à pied. L’idée, c’est de les emmener à se former pour faire face à la dure réalité de la vie. Effectivement, cet exercice nous a « endurcis». Nous avons tous pu obtenir notre baccalauréat du premier coup et poursuivre des études universitaires,j’ai fini par décrocher une maîtrise en sociologie et un DESS. Je vis en France depuis une dizaine d’années. J’ai commencé par animer des ateliers d’alphabétisation à Nanterre et ensuite de FLE. J’ai été acceptée, malgré mes différences (mon fort accent, mon parcours etc.) par cette première association et par la suite par l’Association Atouts Cours que je remercie au passage pour cette ouverture.

Christiane

Sociologue de formation, formatrice en alphabétisation/Fle

 

Cinéma pour Tous
2019-02-20T15:16:38+01:00

Christiane

Sociologue de formation, formatrice en alphabétisation/Fle

 

Je suis originaire du Bénin, j’ai été particulièrement touchée par le film documentaire « Sur le chemin de l’école » pour plusieurs raisons. La première est relative au réalisme du film. Comme l’a justement dit une collégienne dans la salle le jour de la projection du 29 novembre, ce n’est pas de la fiction mais la réalité. De plus, cette réalité est toujours d’une grande actualité. Personnellement, je l’ai vécue en partie dans les années 1980 au Bénin, dans la ville de Cotonou où j’habitais avec mes parents. La deuxième raison est mon vécu personnel. Après mon brevet, je devais poursuivre mes études dans un lycée, situé loin de ma maison. Souhaitant que je fasse de bonnes études, mes parents m’inscrivirent au lycée à une dizaine de kilomètres de la maison. Les cours débutaient à 8 H du matin, aucun retard n'était toléré, je partais tôt, en tout cas avant 7 H.. Je rejoignais l’école à pied. Sous la chaleur, souvent étouffante, il fallait marcher sur des chemins sablonneux et chauds pendant une cinquantaine de minutes. On y allait en groupe pour se motiver. La plupart des parents, même quand ils avaient les moyens de payer le transport, avaient pour habitude de laisser leurs enfants aller à pied. L’idée, c’est de les emmener à se former pour faire face à la dure réalité de la vie. Effectivement, cet exercice nous a « endurcis». Nous avons tous pu obtenir notre baccalauréat du premier coup et poursuivre des études universitaires,j’ai fini par décrocher une maîtrise en sociologie et un DESS. Je vis en France depuis une dizaine d’années. J’ai commencé par animer des ateliers d’alphabétisation à Nanterre et ensuite de FLE. J’ai été acceptée, malgré mes différences (mon fort accent, mon parcours etc.) par cette première association et par la suite par l’Association Atouts Cours que je remercie...
Nos actions évoluent
en ciné-débats numériques !

Nous démarrons la rentrée avec le film Les Invisibles, en partenariat avec l'Institut de l'Engagement et la plateforme la 25ème heure