Elena – Gagnante du concours en 2009. A Propos des 24h qu’elle a passé à Cannes, 1er prix du concours

Elena – Gagnante du concours en 2009. A Propos des 24h qu’elle a passé à Cannes, 1er prix du concours

Yes, we Cannes "Comment trouver les mots justes afin de retranscrire l'incroyable aventure qui m'ait été donnée de vivre? Cette sensation exquise qui m'a transporté tout au long du séjour, et qui me berce encore nuit et jour. Moi, pauvre mortelle, qui ait l'habitude de suivre le Festival par le biais de la télévision et qui du jour au lendemain se retrouve dans les coulisses (…) Ce séjour a effectivement été très fort en émotion; la journée est passée si vite que je n'ai pas eu le temps de me rendre compte que je vivais un rêve, mon rêve (…). Ce qui m'a surtout frappé, c'est cette connexion que j'ai sentie en moi et certains autres festivaliers; l'amour du cinéma et l'envie de découvrir de nouvelles choses. J'ai trouvé magnifique le fait de pouvoir rassembler autant de personnes venant de toutes sortes d'horizons autour d'une même passion, moi je vois ça comme une des principales forces du cinéma et je ne peut-être que fière d'y avoir participé. (…). C'est une vraie leçon de vie(…). En tout les cas, je ne pourrai jamais assez remercier Cinema pour Tous de m'avoir permis de rêver pendant 36 heures."

Elena

Gagnante du concours en 2009. A Propos des 24h qu'elle a passé à Cannes, 1er prix du concours

Cinéma pour Tous
2019-02-20T14:41:38+01:00

Elena

Gagnante du concours en 2009. A Propos des 24h qu'elle a passé à Cannes, 1er prix du concours

Yes, we Cannes "Comment trouver les mots justes afin de retranscrire l'incroyable aventure qui m'ait été donnée de vivre? Cette sensation exquise qui m'a transporté tout au long du séjour, et qui me berce encore nuit et jour. Moi, pauvre mortelle, qui ait l'habitude de suivre le Festival par le biais de la télévision et qui du jour au lendemain se retrouve dans les coulisses (…) Ce séjour a effectivement été très fort en émotion; la journée est passée si vite que je n'ai pas eu le temps de me rendre compte que je vivais un rêve, mon rêve (…). Ce qui m'a surtout frappé, c'est cette connexion que j'ai sentie en moi et certains autres festivaliers; l'amour du cinéma et l'envie de découvrir de nouvelles choses. J'ai trouvé magnifique le fait de pouvoir rassembler autant de personnes venant de toutes sortes d'horizons autour d'une même passion, moi je vois ça comme une des principales forces du cinéma et je ne peut-être que fière d'y avoir participé. (…). C'est une vraie leçon de vie(…). En tout les cas, je ne pourrai jamais assez remercier Cinema pour Tous de m'avoir permis de rêver pendant 36 heures."
Nos actions évoluent
en ciné-débats numériques !

Jeudi 15 octobre, nous avons projeté Tout simplement noir, de Jean-Pascal Zadi au sein de 10 classes en région parisienne.