Mehdi

Mehdi

Quel film choisir pour le concours ? J’hésite beaucoup. L’enjeu est de taille : Cannes, la croisette, le tapis rouge. Finalement, c’est pour le film «Ce que le jour doit à la nuit», inspiré du roman de Yasmina Khadra, que mon coeur penche. Malgré une analyse géopolitique aseptisée, j’ai trouvé de la beauté dans ce film qui relate l’Algérie des années 30. Je ne saurais remercier Brigitte et Isabelle qui m'ont choisi pour vivre cette magnifique expérience. Un grand merci aux hôtesses l’Oréal pour leur bienveillance tout au long du séjour. J’ai vécu un moment inoubliable et rencontré des personnes formidables et inspirantes. La montée des marches fut courte, mais très intense en émotion. En smoking, les pieds tremblants sur le tapis rouge, je n’avais peur que d’une chose : me réveiller et m’apercevoir que tout n’était qu’un rêve. J'espère vous revoir très vite pour partager notre amour commun du cinéma.

Mehdi

Lauréat du concours lycéens-étudiants 2017

Cinéma pour Tous
2019-02-20T16:27:55+01:00

Mehdi

Lauréat du concours lycéens-étudiants 2017

Quel film choisir pour le concours ? J’hésite beaucoup. L’enjeu est de taille : Cannes, la croisette, le tapis rouge. Finalement, c’est pour le film «Ce que le jour doit à la nuit», inspiré du roman de Yasmina Khadra, que mon coeur penche. Malgré une analyse géopolitique aseptisée, j’ai trouvé de la beauté dans ce film qui relate l’Algérie des années 30. Je ne saurais remercier Brigitte et Isabelle qui m'ont choisi pour vivre cette magnifique expérience. Un grand merci aux hôtesses l’Oréal pour leur bienveillance tout au long du séjour. J’ai vécu un moment inoubliable et rencontré des personnes formidables et inspirantes. La montée des marches fut courte, mais très intense en émotion. En smoking, les pieds tremblants sur le tapis rouge, je n’avais peur que d’une chose : me réveiller et m’apercevoir que tout n’était qu’un rêve. J'espère vous revoir très vite pour partager notre amour commun du cinéma.
Nos actions évoluent
en ciné-débats numériques !

Jeudi 15 octobre, nous avons projeté Tout simplement noir, de Jean-Pascal Zadi au sein de 10 classes en région parisienne.