Yousra – Elève de seconde au lycée Racine à Paris 8ème

Yousra – Elève de seconde au lycée Racine à Paris 8ème

Bonjour à tous , L’après-midi du mercredi 12 juin 2013 est une expérience à renouveler. La projection du film Les hommes libres de Ismael Ferroukhi nous révèle un épisode de l’histoire. Le film est tourné à la Mosquée de Paris, la classe non? J’ai adoré ce film. Il y a un autre aspect intéressant dans ce film, c’est celui des immigrés. Eh oui, il existait déjà des immigrés dans les années 20 ! C’est fou , mais comment ça se fait ?! ^^ C’est normal , les pays du Maghreb surtout sont des colonies françaises depuis 1830 ! Ce qui est regrettable c’est de ne pas connaître l’histoire. Sans ce film, personne n’aurait su cette vision. Elle ne figure pas dans les manuels scolaires, pourquoi oublier ça ? Telle est la question que chacun d’entre-nous s’est posée à la fin du film. Je tiens à remercier Télémaque d’avoir fait les démarches pour que nous voyions ce film, la Fondation HSBC qui aide financièrement l’association Cinéma pour Tous et Cinéma pour Tous de nous avoir fait partager leur film sans doute préféré. Voici les mots de la fin.

Yousra

Elève de seconde au lycée Racine à Paris 8ème

Cinéma pour Tous
2019-02-20T14:56:02+01:00

Yousra

Elève de seconde au lycée Racine à Paris 8ème

Bonjour à tous , L’après-midi du mercredi 12 juin 2013 est une expérience à renouveler. La projection du film Les hommes libres de Ismael Ferroukhi nous révèle un épisode de l’histoire. Le film est tourné à la Mosquée de Paris, la classe non? J’ai adoré ce film. Il y a un autre aspect intéressant dans ce film, c’est celui des immigrés. Eh oui, il existait déjà des immigrés dans les années 20 ! C’est fou , mais comment ça se fait ?! ^^ C’est normal , les pays du Maghreb surtout sont des colonies françaises depuis 1830 ! Ce qui est regrettable c’est de ne pas connaître l’histoire. Sans ce film, personne n’aurait su cette vision. Elle ne figure pas dans les manuels scolaires, pourquoi oublier ça ? Telle est la question que chacun d’entre-nous s’est posée à la fin du film. Je tiens à remercier Télémaque d’avoir fait les démarches pour que nous voyions ce film, la Fondation HSBC qui aide financièrement l’association Cinéma pour Tous et Cinéma pour Tous de nous avoir fait partager leur film sans doute préféré. Voici les mots de la fin.
Nos actions évoluent
en ciné-débats numériques !

Jeudi 15 octobre, nous avons projeté Tout simplement noir, de Jean-Pascal Zadi au sein de 10 classes en région parisienne.